GFR, estimation du taux de filtration glomérulaire par l’équation MDRD

Définition – physiologie
Plusieurs formules, dont initialement celle de Cockcroft&Gault, ensuite l’équation MDRD et plus récemment l’équation CKD-EPI, ont été proposées pour estimer la clairance de la créatinine.

Ces algorithmes permettent d’estimer le taux de filtration glomérulaire (GFR) ou DFG (débit de filtration glomérulaire) sans nécessiter de récolte d’urines de 24 heures. Le DFG est directement correlé au nombre de néphrons fonctionnels – perte physiologique avec l’âge – et est diminué avant l’apparition des symptômes.

L’équation MDRD (Modification of Diet in Renal Disease – Annals of Internal Medicine 1999 ;130: 461-470) est un algorithme permettant d’estimer le taux de filtration glomérulaire (GFR) en se basant sur la créatinine sérique, l’âge, le sexe et l’origine ethnique du patient. Le résultat est rapporté pour une surface corporelle normalisée à 1.73 m².

L’équation CKD-EPI 2009 permet de mieux détecter les stades précoces d’IRC. Cette dernière est considérée actuellement comme supérieure à l’équation MDRD.

Prélèvement – Propriétés de l’échantillon
Sérum ou plasma (EDTA ou Héparine)

Valeurs de référence 
≥ 60 mL/min /1.73 m² de surface corporelle.
Pour le MDRD, les valeurs > 60 étant imprécises, doivent être répondues > 60 mL/min/1.73 m².
Pour le CKD-EPI, on peut préciser les valeurs pour les niveaux 1 et 2 de DFG.

Délai de réponse
répondu le jour de réception

Intérêt clinique
Il existe plusieurs méthodes permettant l’estimation de ce débit. Les plus précises, utilisant une substance exogène, sont difficilement applicables en routine. La créatinine sérique, molécule produite par le métabolisme musculaire, étant éliminée principalement par filtration glomérulaire et de façon négligeable par sécrétion tubulaire, constitue un marqueur rénal couramment dosé mais manquant de sensibilité. La mesure de la clairance, par dosage de la créatinine sérique et urinaire, présente l’inconvénient de nécessiter une récolte d’urines de 24 heures, sujette à des incertitudes quant à l’exactitude du recueil. Elle est surestimée lors de valeurs élevées de créatinine sérique par augmentation de la sécrétion tubulaire. D’où l’utilisation de ces équations.

Interprétation des résultats
Classification de la fonction rénale en plusieurs niveaux selon le DFG :

Niveau 1 :            ≥ 90 mL/min/1.73 m2 : DFG normal ou augmenté
Niveau 2 :           de 60 à 89 mL/min/1.73 m2 : DFG légèrement diminué
Niveau 3 :           de 30 à 59 mL/min/1.73 m² : insuffisance rénale chronique modérée
Niveau 4 :           de 15 à 29 mL/min/1.73 m² : insuffisance rénale chronique sévère
Niveau 5 :           < 15 mL/min/1.73 m² : insuffisance rénale terminale => indication de dialyse, transplantation rénale

MDRD se base sur le taux de créatinine sérique (variable en fonction des extrêmes d’âge et du poids), sur l’âge, le sexe (femme x 0.742) et l’origine ethnique du patient (x 1.212 si Afro-Américain vu leur masse musculaire).

Cet indice perd de sensibilité en cas de créatinine élevée (IRC stades avancés) et surestime la fonction rénale aux valeurs basses de créatinine et chez le vieillard (fonte musculaire). Elle ne peut être utilisée pour les patients de moins de 18 ans ; n’est pas validée au-delà de 70 ans, chez les femmes enceintes, pour les individus présentant une taille corporelle ou une masse musculaire extrême, ainsi que pour les personnes suivant un régime alimentaire inhabituel ou souffrant de malnutrition.

Le CKD-EPI 2009 détecte mieux les stades précoces d’IRC : il permet d’apprécier plus exactement le DFG notamment pour des valeurs >= 60 ml/min/m².

Néanmoins, il y a une équivalence MDRD/CKD-EPI pour des DFR < 60 ml/min/m² et, de même, une surestimation du DFG dans la population gériatrique.


Edition août 2019 © 2019-Institut de Biologie Clinique IBC’LAB Tous droits de reproduction, d’adaptation et de traduction réservés pour tout pays